Pourquoi préserver les zones humides ?


Entre 2,2 et 3 millions d’hectares en France métropolitaine sont des zones humides, représentant 4,5 à 5,6 % du territoire, d’après le Guide juridique de protection et gestion des espaces humides et aquatiques. La Loi sur l’eau en donne la définition suivante : « les zones humides sont des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».

zone humide quenouille

Les zones humides ont longtemps été considérées comme insalubres, donc elles ont été drainées massivement. Effectivement, autrefois, elles ont été vecteurs de maladies et encore aujourd’hui, un problème est soulevé par les simulies (moucherons) présentes dans une partie de la France autour des rivières et provoquant de douloureuses morsures, entraînant quelquefois des démangeaisons et des œdèmes.

 

Les fonctions des zones humides :

Pour autant, les zones humides possèdent de nombreuses fonctions :

  • Elles permettent notamment la régulation des flux d’eau, que ce soit en les stockant lors de crues ou en les redistribuant en période de sécheresse.zone humide
  • Ces zones luttent contre les pollutions par épuration naturelle des eaux. Elles ont un rôle dans l’épuration de l’azote des eaux de surface : dans certaines conditions, près de 90 % des nitrates peuvent être retirés des eaux de surface par une forêt alluviale de 30 m de large, ayant des conséquences bénéfiques immédiates sur la qualité de l’eau de la rivière concernée. Les forêts d’aulnes jouent un rôle dans l’épuration des nitrates des eaux souterraines.
  • Les zones humides sont un « réservoir de biodiversité ». On trouve ainsi dans les eaux douces environ 45 % des espèces de poissons connues, et la grande majorité des 5000 à 6000 espèces d’amphibiens identifiées sur Terre. Concernant les insectes, en France, plus de 10 % sont directement associés, tout ou partie, aux zones humides, dont certains ordres en totalité (éphémères, libellules, etc.). Sur les 4900 espèces végétales présentes en France métropolitaine, 801 sont caractéristiques des zones humides, dont de nombreuses espèces protégées au plan régional ou national.
  • Les zones humides ont aussi des fonctions de production (agriculture, foresterie, médicaments issus des espèces caractéristiques de ces milieux, etc.) et les fonctions d’agréments (pêche, chasse, tourisme, éco-tourisme, etc.).

 

Des zones en régression :

zone humideLa régression de ces écosystèmes en Europe est très importante et inquiétante. En Europe de l’Ouest, environ 50 % des zones humides ont été détruites depuis près de 200 ans. En France métropolitaine, la disparition des zones humides est estimée à environ 67 % depuis le début du 20ème siècle, dont la moitié entre 1960 et 1990. Les zones humides subissent, non seulement des drainages, mais aussi des comblements, des pollutions, des perturbations physiques et, de plus en plus, la colonisation par diverses espèces invasives, ces dernières ayant une « prédilection » pour les milieux humides et les milieux perturbés. Les zones humides peuvent aussi être dénaturées, à l’instar des nombreuses rivières recalibrées.

 

Menacé par les activités humaines et les changements globaux, ce patrimoine naturel fait l’objet d’une attention toute particulière. Sa préservation  représente des enjeux environnementaux, économiques et sociaux importants. Cette préservation est d’autant plus importante que l’apparition de certaines plantes de zones humides est antérieure à celle des Humains.

 

Et si ces explications sur les zones humides vous ont donné envie de jardiner, voici justement le calendrier lunaire des jours à venir (du 27 février au 6 mars), accompagné d’un exemple de travaux à réaliser au jardin chaque jour :

La Lune est ascendante durant toute cette période, c’est donc la période favorable aux semis.

Lundi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Air ». C’est le moment, par exemple, de semer des cosmos.

De mardi à jeudi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Eau ». C’est le moment, par exemple, de semer des épinards sous abri.

Vendredi, la Lune est à son périgée, il ne faut donc pas jardiner.

De samedi à lundi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Terre ». C’est le moment, par exemple, de semer des panais.

 

Alors bon jardinage !

 

Sophie

 

PS : Et pour ceux qui veulent en savoir davantage sur la question de jardiner avec la Lune, un article y est justement consacré : Et si vous jardiniez avec la Lune ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.