Les plantes bio-indicatrices


Il existe différents outils pour connaître le sol de son terrain, parmi lesquels les plantes bio-indicatrices. En effet, ce sont des végétaux sauvages poussant partout et selon l’espèce dans des conditions spécifiques. Chaque espèce, d’une quantité suffisante, représente un type de sol particulier. Bien entendu, pour réaliser un bon diagnostic du sol, il s’agit d’inventorier plusieurs plantes identiques au même endroit, quelques plantes éparses d’une même variété ne suffisent pas à définir un sol. De même, réaliser l’inventaire végétal en hiver n’est pas significatif car il n’y a pas suffisamment de plantes à cette époque. Il n’est pas révélateur non plus après avoir tondu ou fauché la parcelle concernée par cette analyse.

Pour réaliser cet inventaire, il faut bien sûr faire une bonne reconnaissance de végétaux. Voici trois exemples de plantes bio-indicatrices régulièrement présentes dans un jardin :

 

Chiendent rampant

Chiendent rampant

Le chiendent rampant (Elytrigia repens), de la famille des Poacées, est une graminées vivace. Son importante présence signifie une fatigue du sol due à une surexploitation de celui-ci, avec un excès de nitrates et de potasse, ainsi qu’un compactage du sol.

 

Pissenlit dent de lion

Pissenlit dent de lion

Le pissenlit dent de lion (Taraxacum officinale), de la famille des Astéracées, est une plante à souche vivace. Son importante présence signifie un excès de matière organique animale dans le sol. C’est un bon indicateur d’un terrain riche, bien que le pissenlit ne doit pas non plus être dominant.

 

Pourpier potager

Pourpier potager

Le pourpier potager (Portulaca oleracea), de la famille des Portulacacées, est une plante annuelle. Son importante présence signifie que le sol, laissé à nu donc non protégé, a un très faible pouvoir de rétention de l’eau, subissant des érosions. Ce sol est également sujet à un compactage dû au piétinement.

 

Afin de s’aider sur la reconnaissance des végétaux et leur biotope, il est toujours mieux d’avoir un livre spécialisé, tel que « L’encyclopédie des Plantes bio-indicatrices » (volumes 1, 2 et 3) de Gérard Ducerf.

 

Et si vous souhaitez faire un inventaire des plantes sauvages de votre jardin, tout en l’entretenant, voici justement le calendrier lunaire des jours à venir (du 6 au 12 août), accompagné d’un exemple de travaux à réaliser au jardin chaque jour :

la Lune est descendante l’ensemble de ces jours, c’est donc la période favorable aux plantations.

De samedi à mardi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Terre ». C’est le moment, par exemple, de récolter les pommes de terre.

Mercredi et jeudi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Air ». C’est le moment, par exemple, de supprimer les fleurs fanées des massifs.

Vendredi, la Lune passe devant les constellations liées à l’élément « Eau ». C’est le moment, par exemple, de couper les hampes florales de la livèche.

Alors bon jardinage !

Sophie

PS : Et pour ceux qui veulent en savoir davantage sur la question de jardiner avec la Lune, un article y est justement consacré : Et si vous jardiniez avec la Lune ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.